Les Petits Chanteurs à la Croix de Bois : Au-delà d’un simple concert

 

 

C’est utile la lecture des Kiwanigrammes des clubs voisins : voyant que Cambrai allait accueillir les Petits Chanteurs à la Croix de Bois le 11 octobre, Douai a sauté sur l’occasion pour les inviter également. Et le samedi 12, après un court trajet -ce qui les arrange à la fin d’une tournée ! -, ils donnèrent un concert à l ’Auditorium du Conservatoire. L’interprétation d’oeuvres du répertoire sacré en première partie (Fauré, Bach, Mozart, Rameau), d’un répertoire plus profane ensuite (chansons de Céline Dion, Maria Carey, Oh Marie de Gérald de Palmas) enchanta l’auditoire de près de 400 personnes qui ne les laissa regagner les loges qu’après trois rappels !

Présent, le maire de Douai, M. Frédéric Chéreau, félicita le Kiwanis ,pour ses actions pertinentes et son dynamisme. DSC_0636 DSC_0635 DSC_0634

Mais ce concert offrit également l’occasion de rencontres puisque les Petits Chanteurs étaient hébergés dans des familles de Kiwaniens. Le repas et le petit-déjeuner pris en commun permirent des échanges enrichissants. Et quel plaisir de côtoyer des jeunes respectueux, si polis et qui représentent si bien les valeurs de leur manécanterie. Réconfortant dans un monde qui tend parfois vers la médiocrité.

Présence à la Braderie, comme d’hab !

IMG_2122IMG_2116C’est du boulot que de charger les camionnettes et les remorques deux jours avant, d’arriver à 6h du matin pour monter le barnum et exposer livres, CD, bibelot, vieuseries en tous genres etc. Même si, au fil des années, la logistique s’améliore. C’est du boulot que, douze heures plus tard, de tout démonter, recharger ce qu’on n’a pas vendu, ranger les tables chez Jean-Jacques, replacer les palettes chez Jean-Marc. C’est du boulot que de tenir un stand pendant toute la journée, surtout quand, pour une fois (mais si, mais si !) la journée commence sous la pluie et décourage des « bradeux ». Mais les Kiwaniens douaisiens ne rateraient pour rien au monde cette action : elle est l’un des moments dans l’année où ils se retrouvent, souvent avec leurs épouses, pour passer quelques heures sous le signe de la convivialité, dégustant au passage la charcuterie italienne de Mario, les terrines de Jean-Pierre, le pudding d’Annie. Et quand le bilan final se chiffre à 750€, on se dit qu’on a vraiment joint l’utile à l’agréable.